REFLEXIONS

La nostalgie du voyageur

Cela fait déjà plus de six mois que nous sommes rentrés de cette si belle aventure au Japon, et bizarrement ce n’est que depuis peu que je deviens nostalgique. Les retrouvailles du début, l’insouciance de l’été, puis la rentrée, les fêtes de Noël et la nouvelle année. et je me replonge dans les photos pour finir de partager avec vous encore un peu de tout ça.

Et me voilà plein de cette tristesse qui n’appartient qu’à ceux qui voyage un peu trop, ce petit manque, qui brûle un peu dans le cœur, pique le coin des yeux et qui secoue un peu les souvenirs, qu’on a bien trop peur d’oublier.

Oublier que chaque jour peut être beau et heureux, oublier que chaque réveil est un renouveau merveilleux. Que demain sera différent. Oublier son insouciance d’une vie qui n’est que temporaire.

Car c’est la l’absolu magie de ce genre d’expérience. La savoir temporaire. Et la conscience de cette notion de temps qu’on sait déjà bien trop court, rends tout un peu plus excitant. Avoir conscience de cette fin avant de la commencer, nous fait aimer chaque instant,

Et c’est ce que chaque jour j’essaie d’appliquer. Aimer chaque instant, tout en se projetant, profiter sereinement de ce présent me fait aimer ce qui va suivre. Et je n’ai plus peur. Peur de ce futur que j’ai souvent vu noir. Peur de ce vide qui ne sera surement pas.

J’ai envie de retrouver cette paix que j’avais chaque jour un peu plus en étant loin de tout ce qui me faisait peur. En retrouvant l’essentiel. En me focalisant sur ce qui me plait, ce qui me fait sourire, sur ces projets qui me font avancer. Ne plus être dans un besoin absolu d’avoir et de savoir. Mais de profiter.

Vivre et apprécier.

Enregistrer

Enregistrer