JAPON, KYOTO, Voyages

{ Kyoto } Poupée de cire, poupée de son

« Elle peint son visage pour cacher son visage, ses yeux sont une eau profonde, la geisha est l’artiste d’un monde flottant, elle danse, elle chante, elle vous diverti, tout ce que vous voulez, le reste ce sont des ombres, le reste c’est un secret. » Mémoires d’une geisha 

Oui ce n’est peut être pas la référence la plus pure, mais ce livre et surtout le film sont pour moi de petites merveilles pour l’imagination et les yeux. Et c’est aussi cette vision du Japon que j’avais avant de partir. N’étant ni japonaise, ni du monde aisée des kyotoïtes j’espérais pourtant capter un peu de cet univers. Le quartier de Gion à Kyoto est selon les guides l’endroit du Japon où l’on peut voir le plus de geishas, appelées ici geiko et de maiko, les apprenties geishas. Nous sommes donc partis ce jour là à l’Est de la ville, à la découverte des quartiers rive gauche de la rivière Kamo.

Le petit quartier de Shinbashi

Il faut s’aventurer un peu au cœur de ce petit quartier, pour trouver les rares petites rues encore préserver de la folie moderne du Japon.

lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (1) lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (2)

Des distributeurs de boissons je n’en ai jamais autant vu, il y en a partout. Et souvent plusieurs les uns à côtés des autres. N’importe où vous irez vous trouverez à boire, il fait chaud tant mieux, et comme il y a des toilettes gratuits partout, aucun problème.

lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (3)

Shinbashi dori // Elle est bordée de nombreuses machiya, les habitations citadines traditionnelles et d’authentiques ochaya, les maison de thé, mais qui désigne en réalité les établissements où les geisha servent et divertissent les clients. Leur accès est souvent réservé à des habitués.

lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (32)lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (9)lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (12)lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (10) lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (4)

Ces petits demi-rideaux devant les maisons, boutiques ou restaurants s’appellent des noren. On en voit un peut partout, ils sont joliment peint ou calligraphié avec le nom de la famille ou de l’enseigne de la boutique.

lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (6)lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (5)lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (7)

Yasaka Shinja Shrine //  Sanctuaire Shinto, les croyants viennent implorer les divinités contre les maladies. A n’importe quel moment de la journée il y a toujours des gens dans multiples temples et sanctuaires de la ville. Celui-ci se trouve au bout de Shijo dori, et marque l’entrée d’un immense parc où l’on trouve une multitude d’autres temples et sanctuaires.

lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (13)lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (14)lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (34)lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (15)

Le quartier de Gion 

lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (18)

 » Du Japonais Gei ( Art ) et Sha ( la personne), le nom de cette profession décrit bien son domaine : savoir par leur culture animer une réunion ou un dîner pour plusieurs invités. Leur instruction méthodique de l’art de la danse, du chant ou de poésie destinent ces professionnelles à divertir des personnalités riches et cultivées. » Source

Elles portent de beaux kimonos de soie, légèrement décolleté dans le dos Les couleurs du kimono se choisissent selon la saison, mais aussi selon l’âge. Il est noué dans le dos par une large ceinture de soie, nommée obi

lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (20)

C’est en effet dans ce quartier que nous avons croisées le plus de geishas.  Cependant celles qui se montrent et se font volontiers prendre en photos par les touristes sont souvent des touristes qui se « déguisent ». Les geishas sont plus discrètes, ils faut s’engouffrer dans les petites ruelles, elles fuient souvent les touristes trop curieux.

lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (21) lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (22)lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (24)

De l’autre côté de Shijo dori, l’ambiance est tout autre, les petites maisons de bois ont disparus et à la place des immeubles aux allures étranges et très (trop) futuristes. Les geishas font place aux japonaises blondes et plus dénudées.

lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (16)lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (17)lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (33)

On se pose quelques instants boire une Asahi bien fraîche sur une grande terrasse en haut d’un bâtiment, en face du Minami-za, un important théâtre construit en 1929

lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (25) lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (26) lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (27)

Nous finissons la soirée dans le quartier de Pontocho, des petites ruelles qui longent la rivière Kamo et qui sont très animées le soir, mêlant les working-men sortant du boulot, les étudiants venus faire la fête et les touristes à la recherche d’animations. Les rues ont beaucoup de charmes, une multitude de petites maisons en bois serrées les unes à côté des autres, joliment décorée de lampions en papier de riz

lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (28) lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (29) lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (30) lealiola-japon-kyoto-gion-geisha-temple (31)

Références : roman américain Geisha d’Arthur Golden.// Memoirs of a Geisha film américain réalisé par Rob Marshall

Encore plus d’infos : Kyoto safari Guide du Japon / Kyoto travel guide

Fumie Hosokawa « Poupée De Cire Poupée De Son »

Enregistrer