REFLEXIONS

The sky might fall

On m’aurai dit il y a quelques années que j’apprendrais le japonais j’aurais souris. Que je vivrais avec mon mec au Japon, j’aurais ris. On m’aurai dit qu’à presque trente ans je n’aurai pas de travail, peu d’argent, pas d’enfants, pas de maison, j’aurai surement paniqué. Arriver à me détacher de tout ce que je pensais, et croyais. Cette obligation inconsciente d’un schéma de vie qui ne me correspond pas. Ça m’a pris du temps, et j’apprends encore. Mais me voilà. A 28 ans dans un bus depuis plus de 6 heures en direction d’un des villes les plus peuplées au monde!

 

The sky might fall, but i’m not worry at all

 

lealiola-sky-beach-travel (14)lealiola-sky-beach-travel (1)

lealiola-sky-beach-travel (8)

lealiola-sky-beach-travel (7)

Je regarde en arrière, le chemin parcouru. Chaque jour je me rends compte de la capacité d’adaptation que l’on a. Ces choses qu’on ne pensait jamais surmonter, ces rêves qu’on ne pensait jamais atteindre. Se rendre compte de notre vrai force.

lealiola-sky-beach-travel (13)

Depuis quelques temps déjà, je me sentais un peu étouffé dans tout ce que j’essayais d’avoir, les objets, un super boulot, une vie sociale remplie, de nombreux vêtements, les meubles… Il y a deux ans quand j’ai pris un appartement toute seule j’ai fais un tri énorme, je ne voulais plus rien, je voulais de la lumière, du sobre, de l’air. J’ai repeint tout l’appart en blanc, posé un sol clair, fait le tri dans mes affaires. Ne garder que l’essentiel, que le vrai sentiment. Juste de quoi se sentir bien. Idem pour mes vêtements, j’ai vendu le maximum, donné par la suite. J’avais trouvé une belle astuce un jour sur un blog je crois, faites par petits sacs, ce que vous ne mettez plus, déposez le dans un sac ou un carton. Si au bout d’un mois vous n’êtes pas allez fouiller dedans, donné tout, sans vous retourner. C’est que vous n’en aviez pas besoin, ou que vous n’y teniez pas autant que vous le pensiez. On se trompe souvent sur l’importance qu’on donne à certaine choses. Et cela s’applique à tout, les bijoux, les meubles, les livres, la vaisselle, les idées, les envies … Après une petite appréhension, un grand soulagement arrive, une petite libération.

Réapprendre l’essentiel et être bien.

Puis j’ai déménagé, vendu tout mes meubles sans importances, je n’ai gardé que les anciens auxquels je tenais, c’est a dire un bureau, une table de nuit et une chaise. Je suis ensuite allé vivre avec le minimum chez mon copain, puis on a déménagé tout son appart pour vivre un mois chez mon frère avant notre départ. A chaque déménagement je triais, je me sentais un peu plus légère chaque fois. Un peu plus libérée.

Plus de contrats, ni d’appartements, de taxes, de forfait, de stress de factures, de papiers et des papiers et des papiers.

Il y a lui, moi et une valise.

Bon ok je mens un peu. Il y a lui, moi, deux énormes valises et deux gros sacs à dos!

Mais l’important c’est l’idée que j’en ai et non pas la stricte réalité. J’avais besoin de ce nouveau souffle, une démarche légère, une confrontation avec moi même.

lealiola-sky-beach-travel (5)

lealiola-sky-beach-travel (4)

lealiola-sky-beach-travel (3)

lealiola-sky-beach-travel (2)

Car c’est la vraie mission, même si je ne suis pas partie toute seule, même si je ne suis pas au fond du désert sans eau ni électricités. Même si je reste très connectée. Le but était de me bousculer, de perturber mon confort, de savoir que rien n’est ancré, qu’on est libre de bouger.

Que la vie peut être ce qu’on a envie qu’elle soit.

Et on a bouger, changer, et il a fallu s’adapter. Dormir dans tout petit, sans fenêtres, avec du bruits, avec des gens, avec un seul lit, par terre, avoir froid, avoir mal au dos. Se bouger, aller vers l’autre, ne pas se comprendre.

Et puis rencontrer, rire, découvrir, apprendre, s’extasier devant un bon coussin, se lover dans une couette toute douce, et avoir chaud, trop chaud, trouver la chambre même trop grande, et hurler de joie d’avoir une fenêtre.

Voir le jour, voir au loin.

lealiola-sky-beach-travel (16)

lealiola-sky-beach-travel (15)lealiola-sky-beach-travel (12)

lealiola-sky-beach-travel (11)

lealiola-sky-beach-travel (10)

lealiola-sky-beach-travel (9)

Sans cesse se dire que non là je ne pourrais pas. Et puis le faire. Et se sentir bien.

Je ne dis pas qu’il faut tout quitter pour être soi même et heureux. Cette démarche m’est vraiment personnelle mais ce qu’il faut retenir c’est vraiment de se lancer, d’oser, la moindre petite envie d’essayer. Moi c’était de partir au Japon pendant une année, mais pour vous ce sera surement autre chose, juste une folie, ou un projet, un voyage, un défi, un nouveau départ, un rêve, une rencontre, un mot?

Qu’est ce que vous avez fait dernièrement que vous n’auriez jamais penser faire?

Enregistrer

Enregistrer

Enregistrer