JAPON, Voyages

Un nouveau quotidien

Un mois déjà que nous vivons au Japon. J’ai mis un peu de temps avant d’écrire ce premier article. Déjà parce que je commence tout juste à réaliser que non, on ne rentrera pas tout de suite, qu’on est pas juste partis pour trois semaines en vacances. Le billet d’avion de retour on l’a, mais l’année écrite dessus est bien 2015. Et puis parce que j’ai encore du mal à savoir de quoi j’ai envie de parler, ce que j’ai envie de montrer. Des photos idylliques de nos visites? Ou un peu le vrac de notre quotidien? Ou juste vous donner de bonnes adresses.

Alors je vais commencer par ces septs points qui font la différence entre notre pays d’origine et celui qu’on a choisis pour vivre un moment. Ces petites choses là qui font maintenant notre quotidien.

lealiola-japon-japan-quotidien-lifestyle (1)

1 – La langue // Oui on s’en doutait, partir au japon n’était pas la destination la plus facile pour pouvoir communiquer. Le défi est beau et ultra compliqué, même après un mois ici on n’arrive même pas à découper une phrase lorsqu’un japonais nous parle. On comprends si c’est une question, on entends quelques are, kore, desuka, oishii, haii, le fameux arigato gosaimu. et beaucoup de kawaii. J’ai réussis à demander le prix : ikura desuka?, à demander comment ça va et le prénom à une de nos colocataires. Mais on vient tout juste de comprendre ce qu’on nous dit quand on rentre dans un magasin. Certes on s’y attendait, mais la barrière que cela génère dans l’adaptation pour une vie sociale est difficile. Même si les japonais sont vraiment gentils et n’hésitent pas à nous répéter jusqu’à ce que l’on comprenne, même si c’est inutile; même au bout de trois fois la phrase reste un mystère. Et être dans une colocation de japonais ne change pas vraiment la donne, pour communiquer c’est toujours avec autant de gentillesse qu’on nous traduit un peu en anglais les quelques conversations du soir.

lealiola-japon-japan-quotidien-lifestyle (2)

2 – La nourriture // Etant végétarienne je me suis donné une tolérance : impossible ici de manger 100% végétarien quand on est touriste et qu’on a envie de tout tester! Presque tous les fameuses noodles sont cuites dans un bouillon de poule ou autres, des crustacés traînent toujours un peu par là, ou encore il m’est impossible de comprendre la composition de mon plat, et même en goûtant on n’arrive pas à deviner. Vous l’aurez compris, on aime bien tester, et très souvent on a aucune idée de ce que l’on mange. Parfois on se retient, c’est vraiment trop bizarre pour notre palet d’occidental, et ne pas savoir ce que c’est renforce cet aspect louche de certains plats. Mis à part ce côté découverte, tout à été aussi à réinventer dans notre quotidien des repas. Malgré tout on revient à ses habitudes, on essaie de manger comme en France : du pain et du nutella pour le petit déjeuner, avec du jus d’orange. Même si ici le nutella est une produit rare et que le pain de mie est très gros et se vends par tranche de quatre. Le soir on voudrait cuisiner, se faire une salade. Mais les légumes que l’on connait sont cher, les fruits hors de prix et finalement cuisiner revient plus cher que prendre les petits plats tout prêts dans le rayon traiteur de notre supermarché. Et tout est en plus petite portion : les yaourts, les pâtes, les sauces, l’huile, les légumes… Bref je pourrais encore m’étaler longuement la dessus, sûrement sur un prochain article. Pour tous vous dire ce soir c’était soupe miso, tofu frit, salade concombre kaki et gyoza!

lealiola-japon-japan-quotidien-lifestyle (6)

3 – Visiter // On a tous déjà vu des touristes japonais en France, débarquer par milliers, se déplaçant toujours entre japonais et en bus, avec mille appareils photos, et ne restant que 5 minutes chrono sur place. Je ne dirais pas qu’ici c’est pareil, mais les japonais ont une manière de visiter qui est vraiment différente. Du moins de ma manière à moi. La plupart des lieux proposent des visites courtes et ultra dirigés : on ne peut pas aller n’importe où , même dans un parc. Il faut bien évidemment se déchausser pour entrer dans des lieux comme les pavillon ou les palais si c’est possible car souvent on regarde de loin. Et tout est trop propre et bien rangé et refait à neuf. Comme la plupart des villes ont au moins été détruites entièrement une fois, les édifices dans l’ensemble sont récents. Du coup pour nous qui avons l’habitude de la vielle pierre bien sale et bien ancienne, ici beaucoup de choses paraissent trop lisses. Les lieux n’en sont pas moins étonnant et merveilleux.

lealiola-japon-japan-quotidien-lifestyle (4)

4 – Se déplacer // Déjà les cartes : que ce soit une carte de la ville ou d’un lieu à visiter ici les échelles sont toujours trompeuses, les distances sont faussés et généralement tout parait toujours immense mais on a souvent vite fait le tour. Alors pour évaluer les temps de trajets on est souvent perdus. Et pour trouver les adresses aussi, oui on pourrait parler sur tous un chapitre de la manière dont les japonais se repère sur un plan. Ensuite pour nous déplacer on a choisis le vélo. Déjà à Lyon on avait adopté ce mode de déplacement et surtout parce que les transports en communs au japon sont très cher. Un beau et grand réseau mais on a vite fait de dépenser beaucoup même si le système prévoit des tarifs différents suivant la distance parcourue et que le métro est ultra propre et très sécurisé. Et puis ici c’est assez facile d’en trouver à louer pour pas trop cher. Après pour se déplacer avec c’est une autre histoire : il faut déjà réapprendre son code de la route, priorités à gauche, panneau stop en forme de triangle, interdiction de roulez sur les certaines routes… Mais au final on s’en fout, le vélo ici est roi, tout comme, voire plus que le piéton. Donc on roule sur les trottoirs, en sens interdit, et les priorités sont pour les deux roues! C’est un peu l’anarchie… alors qu’à pieds tous le monde semble discipliné, à vélo il faut savoir slalomer!

lealiola-japon-japan-quotidien-lifestyle (7)

5 – Dormir // Un point auquel j’ai mis un peu de temps pour m’adapter. Ici l’architecture est autre bien évidemment, climat et culture différente. Mais je ne pensais pas voir si peu de fenêtres dans les logements Quand il y en a. J’ai donc été assez déroutée les premiers jours de dormir dans ce que j’appelle notre garage. Nous logeons dans une maison partagée, assez biscornue et totalement hors normes françaises. Et évidemment notre chambre n’a qu’une minuscule fenêtre qui donne sur le couloir, et on a une deuxième porte qui donne sur un débarras. Les ouvertures sur l’extérieurs sont petites, avec des vitres translucides et souvent avec un bardage pour la lumière. Les balcons servent presque tous pour le linge et autres choses utiles comme la machine à laver. Par pour prendre l’apéro tranquilou dehors. Mais il est surprenant de voir à quel point on réajuste ses critères de confort facilement.

lealiola-japon-japan-quotidien-lifestyle (5)

6 – Les toilettes // Là aussi le grand classique, qui ne connait pas les fameuses toilettes à la japonaise! Et pourtant là aussi on se trompe carrément : les toilettes japonais ressemblent aux toilettes turques en beaucoup plus pratique et moins chelou. Les toilettes utlra technologiques ici s’appellent les Western Toilettes! Ils prennent énormément de place et on se dit que ca doit couter une fortune. Dans notre colocation les toilettes font presque la moitié de notre chambre! Oui bon notre chambre est minsucule mais quand même. Ils sont souvent tous automatiques, vous arrivez la cuvette se lève et est chauffante! Assez bizarre quand il fait 35 degré dehors mais j’avoue que c’est fort appréciable quand il fait plus frais. Puis la chasse se tire toute seule quand on se lève. Et surtout il y en a partout partout : dans chaque station de métro, de lieux publics, parcs, jardins, centres commerciaux, magasins.. oui, oui comme en France. Mais trop pas! Ici ils sont gratuits et ultra propre! Quand vous rentrez il y a une petite musique ou un bruit de cascade qui se mets en route. Et y’en a toujours plus de deux, donc on n’attends pas mille ans.

lealiola-japon-japan-quotidien-lifestyle (3)

7 – Se laver // Le défi fut quand même de trouver du gel douche.. ahah oui première tentative j’ai pris une crème pour le corps… Ensuite les pots ici sont énormes. Alors que pour la bouffe tout est plus petits, les produits de beauté eux sont en version XXL. Ensuite la salle de bain traditionnelle, une grande cabine avec une baignoire d’un côté et juste avant un petit coin avec un tabouret et le pommeau de douche devant un miroir. Au japon on se douche d’abord assis sur ce petit siège en plastique, pour ensuite prendre un bain pour se relaxer. Et pour se laver ils ont tous une sorte de serviette comme une fleur de douche mais déplié. Plus pratique pour se laver le dos évidemment.

Voilà un peu en vrac, mes impressions sur notre quotidien.  A suivre quelques articles sur les petites merveilles que l’on a pu voir à Kyoto et des bonnes adresses. N’hésitez pas à me dire ce que vous aimeriez savoir, sur quel sujet vous seriez plus intéressé? Des visites, des clichés, des recettes?